Histoire

A l’origine, la commune s’appelait Croses (villa de Crosis, Mota de Crosis, issu d’un essai historique de 1872 sur la Baronnie de Clérieux). En 1918, le préfet demande un additif au nom de la commune afin de la distinguer de Crozes (Creuse) et le journal officiel du 14 juin 1920 publie le nom de Crozes l’Hermitage. A la demande de la ville voisine Tain l’Hermitage, ce nom est rectifié et deviendra alors CROZES HERMITAGE.

La superficie de la commune est de 548 ha pour une population de 671 habitants (recensement 2016).

Ce qui fait la renommée de notre village est la reconnaissance de son vignoble en A.O.C. par un décret du 4 mars 1937. L’appellation “Crozes Hermitage” a été étendue à 10 autres communes du Canton par décret, le 1er juillet 1952.

En mai 1940, l’aviation allemande bombarde la vallée du Rhône et “Pierre Aiguille”. En février 1944, la paroisse émet le voeu qu’une statue de la Vierge soit érigée si la population crozoise est épargnée par les bombardements. Celui-ci sera exaucé le 7 mai 1950 par la bénédiction de la statue actuelle de la Vierge par l’Evêque de Valence, Monseigneur Pic.

Crozes Hermitage est placé à l’entrée d’une gorge au pied de son célèbre vignoble. Ses maisons s’étendent sur les deux bords d’un ruisseau (le croze) souvent inoffensif mais se transforme en torrent lors des épisodes pluvio-orageux.

Deux belvédères, “Pierre Aiguille” (en cours de classement, espace naturel sensible par le département) et “Les Méjeans” veillent sur la tranquillité de ce village.